Click For Details

Behdjat Sadr, Traces

Prix de vente : 35,00 euros

 

 

 

 

 

 

 

Informations

 

Dirigé par Morad Montazami et Narmine Sadeg

Textes de Fabrice Hergott et Morad Montazami,

conversations entre Narmine Sadeg et Behdjat Sadr

 

Parution mai 2014

Bilingue (anglais / français)

Broché, 22 × 28,50 cm,

240 p., 280 ill. n. et b. et coul.

ISBN : 979-10-93781-00-6

 

Version farsi parue en janvier 2016 en coédition avec la galerie Ab-Anbar, Téhéran

Présentation

 

Behdjat Sadr est la peintre abstraite des traces paradoxales, mêlant la nature la plus foisonnante et le monde industriel le plus tranchant dans ses œuvres qui parcourent la seconde moitié du XXe siècle. Pionnière des arts visuels en Iran – elle fut l'une des premières femmes artistes et enseignantes à se déployer sur la scène internationale des biennales dès le début des années 1960 –, elle offre un témoignage singulier de la modernité cosmopolite qui prend forme entre Téhéran, Rome et Paris, villes où elle étudia, travailla et exposa. Behdjat Sadr incarne par-dessus tout, à l'image des couches de peinture multiformes qu'elle faisait jaillir et déborder, une extraordinaire fusion de l'œuvre et de la vie, élargissant notre vision de l'abstraction picturale et des limites entre la nature régnante et la nature intime. Cet ouvrage monographique est le premier du genre à explorer tant l'héritage artistique laissé par Behdjat Sadr que l'atmosphère intellectuelle des différentes époques traversées par son œuvre.

 

 

 

Biographie de l'artiste

 

Après ses études à l'École des beaux-arts de Téhéran, l'artiste iranienne Behdjat Sadr (1924-2009) part à Rome, où elle s'oriente vers une peinture abstraite non géométrique. Abandonnant le châssis et les couleurs traditionnelles, elle utilise des peintures synthétiques de bâtiment qu'elle fait couler sur des supports disposés à même le sol. Elle procède ensuite par remodelage de la matière, avec une large spatule, produisant ainsi des traces, en négatif, de ses propres gestes. De retour en Iran dès la fin des années 1950, Behjat Sadr est très vite repérée par Pierre Restany et plus tard par Michel Ragon. Une grande variété de supports (comme les plaques d'aluminium) et de modes d'expression se déploie au cours de son long et singulier parcours. Atteinte d'un cancer dans les années 1980, elle vit entre Paris et Téhéran, réalisant notamment des photomontages dans un style original qui rappelle sa peinture. Behjat Sadr a présenté ses œuvres dans de nombreuses institutions en France et à l'étranger, parmi lesquelles : la galerie Bussola, Rome 1958 ; le musée d'Art moderne de la Ville de Paris, 1963, puis 2014; The Gray Foundation, Saint Paul, Minnesota, États-Unis, 1971 ; le musée des Beaux-Arts de Bruxelles, 1972 ; le Centre d'art Le Noroît, Arras, 1985 ; la Grey Art Gallery, New York, 2010 ; Asia Society, New York, 2013- 2014, et MAXXI Rome, 2015. Elle a également participé à la Biennale de Venise en 1962. En 2004, le musée d'Art contemporain de Téhéran lui a consacré une importante rétrospective dans le cadre des expositions dédiées aux pionniers de l'art moderne en Iran.

0
0
Total: 0€
  • Votre panier est vide.

‹ Livres Zamân Books

Behdjat Sadr est la peintre abstraite des traces paradoxales, mêlant la nature la plus foisonnante et le monde industriel le plus tranchant dans ses œuvres qui parcourent la seconde moitié du XXe siècle. Pionnière des arts visuels en Iran – elle fut l'une des premières femmes artistes et enseignantes à se déployer sur la scène internationale des biennales dès le début des années 1960 –, elle offre un témoignage singulier de la modernité cosmopolite qui prend forme entre Téhéran, Rome et Paris, villes où elle étudia, travailla et exposa. Behdjat Sadr incarne par-dessus tout, à l'image des couches de peinture multiformes qu'elle faisait jaillir et déborder, une extraordinaire fusion de l'œuvre et de la vie, élargissant notre vision de l'abstraction picturale et des limites entre la nature régnante et la nature intime. Cet ouvrage monographique est le premier du genre à explorer tant l'héritage artistique laissé par Behdjat Sadr que l'atmosphère intellectuelle des différentes époques traversées par son œuvre.